La Médecine dans l'Histoire

Espace d'échanges sur le thème de l'histoire de la médecine
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 phytothérapie antique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
medicine 2
Kouros


Messages : 18
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: phytothérapie antique   Lun 2 Avr - 2:01

La phytothérapie bucco-dentaire selon Celse et Scribonius Largus, deux médecins de l’Antiquité
par
Mme Joëlle Jouanna-Bouchet & Dr Xavier Riaud

Aulus Cornelius Celsus, dit Celse, serait né à Rome ou à Vérone à la fin du Ier siècle av. J.C. Il a écrit sous Tibère une œuvre encyclopédique, intitulée Artes qui traitait de disciplines liées à des métiers, comme l’agriculture, l’élevage, la médecine, l’art militaire, la rhétorique, la philosophie et le droit civil. Les huit livres consacrés à la médecine ou De medicina sont les seuls conservés et lui ont valu le titre de « Cicéron de la médecine ». Même si Celse n’a sans doute pas été médecin lui-même, il s’agit d’une œuvre remarquable, qui traite de tous les domaines de la médecine (diététique, pharmaceutique, chirurgie) et qui représente la somme des connaissances médicales issues de l’héritage grec à Rome au 1er siècle de notre ère. Publié en 1478, il est devenu ainsi le premier auteur médical à être publié en caractères mobiles.

Scribonius Largus est un médecin qui a exercé à Rome avec succès. S’il a accompagné l’empereur Claude lors de la campagne de Bretagne, il n’était sans doute pas son médecin personnel. Il rédige son ouvrage Compositiones vers l’an 47 à la demande de Calliste, affranchi de l’empereur. C’est un recueil de préparations médicales en 271 chapitres, précédé d’un index et d’une épître dédicatoire, et divisé en trois grandes parties. Il y donne d’abord des remèdes destinés à soigner les maladies des différentes parties du corps, selon l’ordre a capite ad calcem, de la tête aux pieds ; puis des remèdes contre différents types d’empoisonnements ; enfin des remèdes à utiliser en application externe, essentiellement des emplâtres et des cataplasmes. C’est lui qui, parlant de vermisseaux chassés des dents par une fumigation, passe pour être à l’origine de l’étiologie vermiculaire de la carie qui a eu un développement si important par la suite. Il est aussi le premier observateur de l’utilisation de l’électricité médicale, en notant l’effet antalgique de la décharge provoquée par le poisson torpille sur le front, ou sous les pieds du patient. Son ouvrage a été publié en 1529.

Dans le De medicina de Celse et dans les Compositiones de Scribonius Largus, de nombreux remèdes phytothérapiques sont énumérés en cas de problèmes bucco-dentaires. Les plantes sont employées seules ou en composition, parfois avec des ingrédients d’origine minérale ou animale.

Selon Celse, sont utilisés en cas de maux dentaires :
- Calament >> bains de bouche et gargarismes, en application ou en friction.
- Cardamome >> cataplasme appliqué sur la dent, cataplasme révulsif.
- Cinnamome >> pilule.
- Cyprès >> application/friction.
- Elatérium >> cataplasme sur la dent.
- Farine >> cataplasme sur la mâchoire.
- Figue >> cataplasme dentaire, application/friction, bains de bouche et gargarismes, cataplasme révulsif.
- Fleur de jonc >> pilule.
- Fleur de roses >> friction.
- Galbanum >> cataplasme dentaire.
- Graine de rue sauvage >> pilule.
- Grenade (écorce) >> bains de bouche et gargarismes, cataplasme dentaire.
- Huile d’iris >> cérat sur mâchoire.
- Iris jaune >> pilule.
- Jusquiame (racines) >> bains de bouche et gargarismes.
- Laurier >> cataplasme dentaire.
- Lentilles (décoction) >> bains de bouche.
- Lierre (baie) >> suppression de la dent cariée.
- Mandragore (pommes sèches de) >> pilule.
- Mandragore (racines) >> bains de bouche et gargarismes.
- Menthe sauvage >> fumigation.
- Moutarde >> cataplasme dentaire, cataplasme révulsif.
- Myrrhe >> cataplasme révulsif, friction.
- Noix de galle >> cataplasme dentaire, bains de bouche et gargarismes, friction.
- Oxycrat (vinaigre-eau) >> bains de bouche et gargarismes.
- Panax >> cataplasme dentaire.
- Panax (racine) >> pilule.
- Pavot (écorce) >> bains de bouche et gargarismes.
- Pavot (suc) >> pilule.
- Pavot >> cataplasme dentaire.
- Peucédan >> cataplasme dentaire.
- Peuplier (écorce blanche de la racine) >> bains de bouche et gargarismes.
- Pin (écorce) >> cataplasme dentaire.
- Pin gras >> bains de bouche et gargarismes.
- Poires ou pommes peu mûres >> bains de bouche et gargarismes.
- Poivre >> cataplasme dentaire.
- Poivre (graine) >> suppression de la carie dentaire.
- Poivre (grains) >> pilule.
- Pyrèthre >> cataplasme dentaire, cataplasme révulsif.
- Quintefeuille >> bains de bouche et gargarismes.
- Safran >> cataplasme dentaire, cataplasme révulsif.
- Staphisaigre >> cataplasme dentaire.
- Staphisaigre (sans les graines) >> cataplasme dentaire.
- Suie d’encens >> cataplasme dentaire.
- Tordyle >> pilule.
- Troène >> masticatoire.
- Troène (huile) >> cérat sur mâchoire.
- Vin >> bains de bouche et gargarismes.
- Vin de raisins secs >> pilule.
- Vin miellé >> bains de bouche et gargarismes, cautérisation des gencives, application/friction.
- Vinaigre >> bains de bouche et gargarismes.

Selon Scibonius Largus, sont utilisés en cas de maux dentaires :
- Bette (suc) >> fumigation.
- Cèdre (résine) >> frictions sur les dents et les gencives.
- Cyclamen >> fumigation.
- Fleur de rose jaune >> application/friction.
- Graine de cresson alénois frais >> cataplasme dentaire, à l’intérieur d’une dent cariée.
- Grenade (écorce) >> ulcères des gencives.
- Herbe pariétaire >> bains de bouche et gargarismes, dentifrice.
- Jusquiame (graine) >> cataplasme dentaire, à l’intérieur d’une dent cariée, fumigation.
- Jusquiame (racine ou graines) >> sachets appliqués sur la dent.
- Laurier-rose >> masticatoire.
- Lentisque >> application/friction.
- Lentisque de Chio (résine) >> dentifrice.
- Lierre (suc) >> fumigation.
- Menthe sauvage >> masticatoire.
- Morelle (suc) >> bains de bouche et gargarismes.
- Moutarde >> cataplasme dentaire.
- Myrrhe >> cataplasme dentaire, application/ friction, à l’intérieur d’une dent cariée.
- Nard >> dentifrice.
- Noix de galle >> application/friction.
- Nombril de Vénus >> masticatoire.
- Oléastre (olivier sauvage) >> ulcères des gencives.
- Opium >> appliqué à l’intérieur d’une dent cariée.
- Opopanax >> cataplasme dentaire.
- Orge (farine) >> dentifrice.
- Patience (racines) >> bains de bouche et gargarismes.
- Pavot >> cataplasme dentaire.
- Peucédan >> cataplasme dentaire.
- Poivre (blanc) >> à l’intérieur d’une dent cariée, cataplasme dentaire.
- Pourpier >> masticatoire.
- Pyrèthre >> masticatoire.
- Quintefeuille >> bains de bouche et gargarismes.
- Radis potager (peau) >> dentifrice.
- Raisin sec sans pépins >> cataplasme dentaire.
- Safran >> application/friction, à l’intérieur d’une dent cariée, cataplasme dentaire.
- Souchet (jonc ou racine) >> application/friction.
- Suie d’encens >> cataplasme dentaire.
- Vin des Marses >> bains de bouche et gargarismes.
- Vinaigre >> bains de bouche et gargarismes, dentifrice.

En conclusion, les deux médecins ont tout compris du bénéfice à retirer de l’usage de la phytothérapie en cas de problèmes bucco-dentaires, bien qu’ils n’aient jamais connu le nom donné aujourd’hui à la discipline qui préconise l’emploi des plantes en médecine. Au-delà même de la simple assimilation de ces préceptes, ils les ont appliqués directement à la bouche de leurs malades et ont affirmé même la supériorité de ce type de traitements pour soigner les maux de dents. Et s’ils ne peuvent être considérés comme les seuls précurseurs de la phytothérapie, puisqu’ils s’inscrivent dans une longue tradition médicale héritée de l’Egypte et de la Grèce, ils ont enrichi son champ d’action par de nouvelles prescriptions dont certaines ont cours aujourd’hui encore (voir en gras).

Références bibliographiques :
Dupont M., Dictionnaire historique des Médecins dans et hors de la Médecine, Larousse (éd.), Paris, 1999.
A. Cornelii Celsi quae supersunt, F. Marx (éd.), B. G. Teubner, 1915.
Aurelii Cornelii Celsi De re medica libri octo [...] Accessit [...] liber Scribonii Largi titulo Compositiones medicamentorum, nunc primum tineis et blattis ereptus [...] industria I. Ruellii, Paris, 1528-1529.
Lamendin H., Précurseurs de la phytothérapie bucco-dentaire occidentale, L’Harmattan (éd.), Collection Médecine à travers les siècles, Paris, 2008.
Scribonii Largi Compositiones, S. Sconocchia (éd.), Leipzig, B. G. Teubner, 1983.
Zehnacker H. & Fredouille J.-C., Littérature latine, PUF, Paris, 1993.
Revenir en haut Aller en bas
Asklepios
Archonte
avatar

Messages : 426
Date d'inscription : 13/10/2009
Age : 32
Localisation : Auvergne

MessageSujet: Re: phytothérapie antique   Mer 4 Avr - 23:17

Très bien ce petit article !!! Il a été publié ? Si oui, pense à le préciser Wink

__________________
"La témérité réussit souvent là où la prudence échoue" (Celse, De la médecine, III, 9)
Mon site : http://medecine-ancienne.com
Revenir en haut Aller en bas
http://medecine-ancienne.com
medicine 2
Kouros


Messages : 18
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: phytothérapie antique   Jeu 5 Avr - 0:03

Pas encore, mais j'espère. Amitiés, Xavier Riaud
Revenir en haut Aller en bas
yrwanel
Kouros
avatar

Messages : 305
Date d'inscription : 04/11/2009
Age : 64
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: phytothérapie antique   Mar 19 Juin - 14:45

Très intéressant!!

Mode herboriste diplômée (Belgique)

je crains que "se soigner avec les plantes" soit nettement plus ancien (Ötzi avait quelques plantes médicinales avec lui: pharmacie de voyage) Wink

Plantes, animaux, minéraux constituaient la "pharmacie" courante jusque... à l'avènement de la chimie de synthèse, soit le XIXème: première molécule synthétisée: l'aspirine, "copiée" de celle existant dans la nature et qu'on trouve dans, entre autres, le saule et la reine des prés.

Cette première molécule de synthèse a signé le démarrage de l'industrie pharmaceutique actuelle qui n'a pas supplanté aussi rapidement qu'on s'imagine les préparations à base de plantes, appelées depuis "phytothérapie".
Le coup de grâce a été donné, en France, par la loi de Pétain, restreignant "l'art de guérir" aux seuls médecins (on a dû aménager...pour les paramédicaux) et supprimant, en France, la formation d'herboriste, interdisant la phytothérapie au passage...

NB: derrière tout cela se placent les lobbys pharmaceutiques, qui ne font certes pas "oeuvre humanitaire" à tous les coups (pas franchement du reste), et qui copient les molécules naturelles, (moyennant un brevet.. qui rapporte pas mal de sous).
Ces lobbys vont plus loin, actuellement, en essayant de mettre des "brevets" sur des plantes, utilisées de toute éternité par les populations, et tentant du coup, d'en interdire l'usage traditionnel.

NB2: ceci concerne essentiellement la "pharmacie occidentale". Dans d'autres pays, se maintient la pharmacopée traditionnelle (qui a fait ses preuves...): Chine, Inde, Maghreb (voir les travaux de Jamal Belladhar), etc...

Désolée de ce HS qui nous sort de l'antiquité, mais il faut re-situer les moyens de soigner dans un contexte général et évolutif!






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: phytothérapie antique   

Revenir en haut Aller en bas
 
phytothérapie antique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Phytothérapie : soigner par les plantes
» Précautions d'utilisations en phytothérapie et avertissement
» Lexique de Phytothérapie
» Qu'est-ce que la Phytothérapie?
» Les vertus des plantes - la Phytothérapie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Médecine dans l'Histoire :: Généralités :: Thérapeutique / Phyto-
Sauter vers: